chanson du murailleur


Une pierre sur l’autre

Passent et repassent

Le jeu des perspectives

Le choix des volumes et des formes

Perdu dans le détail

A faire tenir debout le hasard

L’attention en grand écart à l’horizon

Sur le fil tendu de la tâche

Au centre ‘le beau’

La matière que j’agis

Et qui me laissera passer,

Immobile,

Nourrie de mes gestes

Tels qu’ils l’ont laissée

Où je ne puis rester.


Publié le 31 août 2015. Louis Cagin 2009, recueil: les chansons du murailleur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s